Voilà un petit livre sur le quotidien d’une vétérinaire qui nous raconte de grandes choses. Par le biais de courts chapitres, Dominique Lange nous raconte avec une émotion palpable et bouleversante de son métier. De son cabinet aux fermes les plus isolées, de Tahiti à Paris, en passant par St Pierre et Miquelon, elle nous embarque dans ses coups de cœur et ses coups de gueule.
Des origines de sa vocation jusqu’à sa décision un jour de mettre fin à sa carrière elle nous embarque sans fard mais avec quelle grâce dans ses états d’âme les plus purs.

De l’adrénaline à l’abattement, de la colère à la stupéfaction, de la peur à la joie, du renoncement à la persevérance, du désespoir à la renaissance. Une chose est sûre, je ne verrai plus mon vétérinaire de la même manière depuis la lecture de cet ouvrage profond et douloureux, qui en dit long sur ce métier méconnu que nous limitons le plus souvent aux salles aseptisées destinées à nos compagnons à 4 pattes. Ces portraits d’animaux sont d’une délicatesse rare que vous ne serez pas prêts d’oublier. 

Marami magnifique cheval de course à l’aube de sa vie qui n’aspire plus qu’à être simple nuage, le veau Balthazar à l’existence vide de tout, Scipion le chat qui fait du bien comme un chamane, qui inspire comme un philosophe, qui éclaire comme un Bouddha. La valeureuse Bubulle, la douce Marquise qui redonne goût à la vie. Et tant d’autres.

Dominique Lange n’oublie pas de nous parler de l’humain, car tout est lié, vous le savez. C’est un portrait sans concessions sur parfois la bêtise ou l’ignorance, le courage ou le désespoir. Maurice qui aimait tant la vie et son métier en sait quelque chose. Lui qui un jour, par usure, à force de marcher sur le malheur, a perdu le chemin pour toujours. 

Rarement une écriture aussi pure et poétique aura aussi bien parlé du métier de vétérinaire, des animaux et des humains. Cet ouvrage est unique en son genre. Dominique Lange a jour décidé d’arrêter d’exercer et pour notre plus grand plaisir de prendre la plume, et quelle plume !

C’est un ouvrage marquant, une réelle leçon de vie. Aussi. Comme le disait Romain Gary dans Lettre à l’Elephant : « Demeurer humain semble parfois être une tâche accablante, vous êtes notre dernière innocence ». 


Laisser un commentaire